mercredi 1 mars 2017

[Critique] Les oubliés - Martin Zandvliet

Les oubliés

  Fleurs - bleu - cute - mignon kawaii


Les oubliés

Genre: Historique
Durée: 1h41
Parution:  Mars 2017
                                                                                                                  
                                                                   



1945. Danemark.
Fin de la Seconde Guerre Mondiale.
Plusieurs soldats allemands, à peine sortis de l’adolescence, sont faits prisonniers par l’armée danoise et envoyés en première ligne pour désamorcer les mines enfouies le long de la côte. Pour eux, la guerre est loin d’être terminée. Inspiré de faits réels, Les Oubliés raconte cet épisode tragique de l’Histoire.



  





                                                                                                                                     oiseau mignon art noir décoration


Ce film est d'une incroyable beauté. Il nous conte une période de l'histoire presque inconnue avec beaucoup de réalisme.

Nous sommes plongés au coeur d'une civilisation éprouvant haine et dégoût envers ces Allemands qui les ont tant fait souffrir durant la guerre. Nous prenons conscience de la violence et de la brutalité de l'homme, et que qu'importe sa nationalité, lorsqu'un homme est en position de force, il peut-être violent et méprisant.

Nous suivons une aventure à la fois très barbare et très humaine. Plusieurs jeunes adolescents sont forcés de trouver et de désactiver des milliers de bombes sur une plage. 

Le décor est magnifique, pourtant il va s'y passer des atrocités. Nous suivons leurs peurs, leurs espoirs et leurs désillusions avec beaucoup de forces. Tous ces jeunes garçons sont très attachants, et très humains.

Le réalisateur a voulu jouer sur les contrastes afin de provoquer encore plus d'émotions, nous voyons ces jeunes empathir pour les erreurs de leurs pères. Ils ne sont plus vus tels des hommes, mais tels des symboles de violence et de barbarie.

J'ai adoré la relation très paternelle qui va se dégager avec le commandant. Nous le voyons au début de l'histoire très méprisante et très violente, les considérants comme des monstres. Puis peu à peu il va prendre conscience que ce ne sont que de simples enfants. Son ego va le pousser a malgré tout garder une forme de violence, mais nous sentons qu'il souffre de cette situation.

J'ai cependant trouvé quelques longueurs dans ce film, mais peut-être sont-elles là afin de nous apaiser après tant de violence.

J'ai également été un peu déçu à certains moments, où les actions étaient prévisibles, rendant l'histoire plus lourde que sensible. J'aurais aimé être surprise à chaque événement tragique et ne pas en voir certain arriver un quart d'heure à l'avance.



pour conclure


Ce film est bourré d'émotions, de sensibilités et d’atrocités. Nous avons encore une fois de la barbarie et de l'humanisme, et comprenons qu'à cette époque la violence est partout. Je donne un 19.5/20 à ce film, car il est juste magnifique et très humain.






    chat chat  chat chatchat
                                   


                                                    
Qualité cinématographique: 5/5

Vitesse à laquelle on rentre dans l’histoire: 4.5/5

Crédibilité des personnages: 5/5
Surprise du dénouement:   5/5 




© Une étoile rêveuse, 2017. Tous droits réservés






❀ Mes précédentes chroniques de films 


                                                                                              Passengers                                 La La Land                                    Les Trolls                                    If I stay

                          

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire